L’écriture
de livres

Entre 2020 et 2021, il est en résidence d’artiste au château de Chambord et y écrit un journal. Ce livre est disponible en nous écrivant. D’autres livres devraient voir le jour, petit à petit.

Voici un extrait du livre :

« Ici aussi, dans le château de Chambord, le temps semble vraiment s’être arrêté. Il s’agit pour moi, comme pour beaucoup d’autres personnes, d’utiliser ce moment afin de pouvoir me recentrer sur l’essentiel. Dans mon cas, sur l’essentiel de ce que devrait être ma vie d’artiste : la création, la plongée en moi-même, au cœur de mon être, que j’aime nommer le « fondu ». « Fondu » comme « fond-du », parce que pour moi, c’est le cœur de mon être. Comme l’est le magma pour la planète Terre. Et qui, paradoxalement, est à mes yeux un puits sans fond, un mystère. Une sorte de trou noir, ou de trou de ver, en soi, où se loge, comme dans l’univers, la singularité. Autour de quoi, le monde, les galaxies se mettent à tourner. Mais ici, il s’agit de la singularité du sujet. D’où chacun pourrait à la fois s’accomplir, être lui-même, depuis son noyau central, tout en trouvant sa place dans la société, par le lien social. A condition toutefois que la société, notamment les autres et les institutions, lui en laisse la place, pour se construire et s’épanouir. Ce n’est que rarement le cas. Mais dans mon cas, présentement, ça l’est. Parce qu’on me laisse être moi-même, et sublimer depuis mon noyau central, si je puis dire. Noyau central. Comme mon pseudonyme artistique, « Kern » qui veut dire noyau ou cœur en allemand. Et aussi pour l’heure, comme le noyau central, vide, de l’escalier à double révolution de Chambord, autour duquel gravite symboliquement tout le reste du château, et même du monde, dans une architecture au nombre d’or et en forme de croix grecque. L’architecture de ce château me parle. »

Livre de Roland Kern