BIO

Aujourd’hui, Roland Kern accorde une priorité à la composition et à l’interprétation de musiques pour la viole de gambe en solo. En composant des musiques, en lien avec des thématiques, des personnes, des lieux, qui lui tiennent à cœur ou éveillent sa sensibilité. Et il souhaite partager cette musique avec vous tous.

Et avant cela…

En parallèle d’une enfance sportive qui l’a amené à devenir enseignant d’EPS, accompagnateur en moyenne montagne et Thésard en sciences de l’éducation, il a depuis l’âge de 9 ans, toujours joué de la musique.

Après avoir étudié les guitares classique et électrique pendant 10 ans, notamment avec Cyril Achard, il a étudié la viole de gambe pendant 12 ans au conservatoire d’Aix-en-Provence avec Sylvie Moquet, elle même élève de Jordi Savall. Il a également suivi des stages auprès de José Vazquez, Jérôme Hantaï, Coen Engelhard, Victor Aragon. Et il a beaucoup joué aux côtés du célèbre claveciniste Yvon Repérant.

Dans le style baroque, à la basse de viole, au violone et au dessus, il a eu le plaisir d’accompagner une quinzaine d’ensembles baroques tels que : L’ensemble Baroque de Toulouse, Antiphona, Repères Baroques, l’Ensemble Vocal Claire Garrone, la Chorale Universitaire de Montpellier, l’Ensemble Vocal de Montpellier, Les Festes d’Orphée, les Musiciens de Cythère, Les Fêtes de l’Astre, l’Ensemble Capella Monteverdi, Amarillys, B-A Bach, Eurydice, Le Madrigal de Nîmes, l’Ensemble Vocal Lucien Basse. Il a aussi participé à 3 Festivals d’Avignon.

Appréciant tous les styles de musique, il a également composé et joué dans des albums de musique africaine avec Amadou Baldé, de Hip Hop avec le groupe No, de chansons pour enfants avec Héloïse Combes, et de Pop avec Frank Rabeyrolles.

A la lecture de ces quelques lignes, vous vous demandez peut-être mais comment passe-t-on d’enseignant d’EPS à musicien violiste ? Dans son cas, grâce à une longue psychanalyse qui lui a permis de se recentrer sur son KERN. Qui sonne peut-être breton mais qui est surtout le pseudonyme qu’il a choisi parce qu’il  signifie noyau, coeur, en allemand. Un noyau avant tout constitué de vide. KERN est aussi une homophonie du cairn des montagnes, un re(-)père. Et plus subtilement, KERN s’entend aussi « Cas eux errent haine ». Vous en savez un peu plus sur lui, nous vous souhaitons une bonne découverte de sa musique.